MESURES AUDACIEUSES ET RÉALISTES
POUR L'AUTONOMIE LA QUALITÉ DE VIE DURABLE,
PAR JEAN MARC GOVERNATORI

  • Cultiver le principe de responsabilité chez chaque citoyen par l’information (1 milliard € d’économie annuel)
  • Renforcer notre démocratie par la reconnaissance du vote blanc, la proportionnelle à toutes les élections, le référendum d’initiative citoyenne accessible… (sans impact sur le budget)
  • Accroître chaque année la superficie des réserves naturelles (sans impact sur le budget)
  • Bloquer le niveau d’impôts et taxes qui ne pourra que baisser ou rester stable (sans impact sur le budget)
  • Faire le ménage dans les 1200 agences d ‘État (économie 4 milliards d’euros par an)
  • Agir pour que notre pays compte 100% de propriétaires de logement à travers une garantie d’État pour le crédit (sans impact sur le budget)
  • Relever de 62 à 65 ans l’âge légal de départ à la retraite d’ici à 2035, soit 3 mois supplémentaires par an, mais tenir compte de la pénibilité du métier exercé (économie 3 milliards € par an)
  • Garantir à tout retraité prenant sa retraite à taux plein un minimum de 1100€ mensuel (coût 3 milliards € annuel) 
  • À partir de 3 mois de chômage, conditionner le maintien de l’allocation à la pratique d’une activité d’intérêt général non marchande à temps partiel ou pratiquer un stage de formation (sans impact sur le budget)
  • Légiférer pour que tout adulte français en situation de pauvreté bénéficie d’une baguette et de 500 grammes de fruits et légumes gratuits quotidiennement (coût 4 milliards € annuel)
  • Prêt de 10.000€ en fonds ou en nature pour tout jeune de moins de 25 ans après examen de l’activité qu’il veut créer (sans impact sur le budget)
  • Établir un revenu citoyen de 400€ mensuel à tout jeune de moins de 25 ans sans revenu, qui accepte une activité d’intérêt général de 10 heures par semaine (coût 3 milliards € annuel)
  • Coordination de l’utilisation de l’argent du contribuable par les différentes strates politiques dans des domaines comme le covoiturage, l’isolation thermique ou l’agriculture urbaine (1 milliard € d’économie annuel)
  • Développer dans chaque lieu de notre pays, les systèmes d’échanges locaux qui propagent la culture de l’échange, du prêt, du partenariat…et divise par 2 ou 3 le prix du carburant grâce au covoiturage (sans impact sur le budget)
  • Créer les conditions pour que dans chaque club sportif , chaque école , chaque immeuble , chaque lieu d’habitats … la communauté humaine adulte concernée s’organise pour que les volontaires fassent connaître leur métier, leur trajet automobile habituel , leur compétence….(sans impact sur le budget)
  • Favoriser les éco-lieux où les habitants s’organisent en quasi autonomie alimentaire et énergétique (sans impact sur le budget)
  • Légiférer pour que chaque département maintienne au moins « une zone habitable blanche » pour ceux qui veulent vivre hors ondes électro magnétiques d’origine humaine (sans impact sur budget)
  • Développer les services publics itinérants hebdomadaires pour que chaque zone rurale soit desservie (sans impact sur le budget)
  • Transformer une agence d’État pour que sa mission soit de coordonner , d’aider et de faciliter les déménagements de ménages urbains vers une zone rurale (sans impact sur le budget)
  • Agir pour éviter toute mort de village  et remettre en vie les villages abandonnés avec tous les volontaires de notre pays (coût 1 milliard € la 1ère année)
  • Le minibus à bio carburant de 3eme génération (déchets organiques locaux) est une solution de transport pratique pour des zones rurales (sans impact sur le budget)
  • Organiser un recensement complet des terrains abandonnés, des appartements vacants, des bureaux et locaux vides depuis au moins 2 ans (sans impact sur le budget)
  • Cesser de rendre constructible la terre agricole (sans impact sur le budget)
  • Instaurer l’indemnisation de servitude environnementale comme dans les pays anglo saxons (coût 1 milliard € annuel)
  • Organiser les reprises collectives de terres et fermes (sans impact sur le budget)
  • Des subventions agricoles qui privilégient le bio, pas les monocultures géantes conventionnelles (sans impact sur le budget)
  • Accroitre les moyens de la Safer pour capacité de préemption (coût 1 milliard € annuel )    
  • Faire cautionner par l’État 50% du montant du crédit contracté par les nouveaux agriculteurs bio après examen du projet (sans impact sur le budget)
  • Interdire toute importation de produits agricoles aux contraintes environnementales et sanitaires moins exigeantes que celles imposées à nos paysans (sans impact sur le budget)
  • Multiplier partout les jardins potagers communautaires (sans impact sur le budget)
  • Agir pour que chaque département ait sa Maison des semences (on en stocke) et préserver des semences libres, deux des conditions obligatoires de notre souveraineté alimentaire durable (sans impact sur le budget)
  • Élaborer un objectif 100% compost en récupérant 100% des déchets organiques pour viser l’autonomie pour les engrais et la réduction maximale d’engrais azotés de synthèse (sans impact sur le budget)
  • Évaluer la surface utilisable et localiser les toits de toutes les constructions où on peut mettre des mini éoliennes, des panneaux solaires et des potagers , si accord des habitants du lieu concerné (sans impact sur budget )
  • Faire savoir que l’éducation à la santé et la réduction des pollutions sont les meilleures armes face aux maladies (10 milliards d’économie annuel)
  • Limiter à 70 décibels tout bruit de véhicule motorisé, la pollution sonore comme la pollution visuelle, sont 2 problèmes de santé publique (sans impact sur le budget)
  • Aide spécifique pour les étudiants en médecine en échange d’un engagement d’installation de 3 ans en zone sous dotée avec une palette de choix (sans impact sur le budget)
  • Accroître la durée du congé maternité de la durée allaitement (sans impact sur le budget)
  • Établir la liberté vaccinale comme dans d’autres pays européens (1 milliard € d’économie)
  • Faire inscrire en lisible sur boissons sucrées et plats cuisinés industriellement  » Consommer quotidiennement ce type de produits est nuisible à la santé «  (économie 1 milliard € annuel)
  • En finir avec toute cruauté contre l’animal (sans impact sur le budget)
  • Option végétarienne quotidienne dans toute la restauration collective publique (sans impact sur le budget)
  • Création d’une enquête parlementaire sur la validité des méthodes non animales par rapport aux modèles animaux pour le choix des médicaments (sans impact sur le budget)
  • Création d’un Parlement non humain de 30 personnes composé de spécialistes passionnés par les animaux domestiques, les animaux sauvages, les poissons, les arbres (sans impact sur le budget)
  • Débat national public de 6 mois sur l’Éducation suivi d’un référendum sur les évolutions possibles (sans impact sur le budget)
  • Ouverture d’internats disciplinaires et éducatifs pour les élèves multirécidivistes perturbateurs ou absents durablement sans motif (coût 1 milliard annuel )  
  • Dans tous les lieux éducatifs, faire réfléchir les jeunes sur les mesures à prendre pour conserver une planète habitable, comment être en bonne santé et respecter animal et végétal : super exercice pratique d’autonomie et d’actions (sans impact sur le budget)
  • Inviter chaque mois des professionnels au collège pour faire découvrir les métiers aux élèves (sans impact sur le budget)
  • Tout enfant handicapé doit suivre une scolarité normale chaque fois que les parents le souhaitent (sans impact sur le budget)
  • Créer un annuaire des lieux de soin accessibles (sans impact sur le budget)  
  • Soutenir l’innovation pour donner aux personnes en situation de handicap le pouvoir d’agir, comme le robot Leka par exemple (sans impact sur le budget)
  • Chaque maison de retraite est supervisée par un fonctionnaire référent qui change chaque année (sans impact sur le budget)
  • Peines plancher et donner à la Justice les moyens qu’elle mérite (coût 1 milliard € annuel)
  • Prioriser la sanction efficace sur les multirécidivistes : une infime minorité pollue la vie de tous. Outre l’emprisonnement, prévoir contre eux une peine d’intérêt général de réparation publique à effectuer en tenue orange avec bracelet électronique (sans impact sur le budget)
  • Regrouper les ministères de l’Intérieur et de la Justice en un seul, pour plus de cohérence (sans impact sur le budget) 
  • Agir sur la Protection de l’enfance pour que les mineurs soient enfin protégés (sans impact sur le budget)
  • Réunir carte d’identité et carte vitale sur même document pour limiter fraudes (sans impact sur le budget)
  • Grenelle de la moralisation de la vie politique (sans impact sur le budget)
  • Impliquer les 42 milliardaires français pour qu’ils investissent chaque année dans leur région d’attache dans des projets écologistes et créateurs d’emplois . Le faire savoir (économie 1 milliard d’€)
  • Les problèmes de notre Outre Mer se régleront par une vraie rencontre avec ses habitants pour savoir vraiment ce qu’ils vivent ,puis prendre les mesures adéquates (coût 1 milliard la 1ère année)
  • Face à tout évènement international, s’organiser pour une réaction concertée , conjointe et rapide de notre pays avec ceux de l’Union européenne qui le veulent bien (sans impact sur le budget)
  • Rester dans l’Otan et l’Union européenne mais agir pour les faire évoluer (sans impact sur le budget)
  • Défavorable au projet de « portefeuille d’identité numérique », véritable passeport digital (sans impact sur le budget)
  • Le droit culturel a été introduit dans la loi mais il reste à sacraliser le 1% du budget pour culture , co construire les politiques culturelles avec tous les échelons politiques, professionnels et citoyens, y associer les grandes entreprises, mettre à disposition les lieux vacants pour la création, des salles pour la réflexion, aider à la promotion d’événements et œuvres locales , soutenir l ‘édition et librairies indépendantes , les salles de cinéma de proximité, celles classées  » Art et essai « , les médias pour leur diversité maximale , interdire les publicités de produits nuisibles au climat, à la nature et à la santé …(coût 2 milliards € annuel)
  • Créer une assurance loyer sûre, pour inciter propriétaires à louer, celle d’aujourd’hui est insuffisante (sans impact sur le budget)
  • Évaluer tous les 5 ans conformité revenus et nombre d’habitants de l’appartement, dans les 5 millions de logements sociaux (sans impact sur le budget)
  •  Stopper les encadrements de loyer qui découragent les propriétaires de louer (sans impact sur le budget)
  • Cesser ce laxisme avec les squatters qui doivent être délogés immédiatement alors qu’aujourd’hui, les propriétaires d’un appartement, fruit d’une vie de travail, souvent sans richesse personnelle, doivent se ruiner en frais de justice, en stress et sentiment d’injustice insupportable (sans impact sur le budget )
  • Mettre en place un plan d’isolation de toute construction habitée sur le quinquennat (coût 5 milliards € annuel)
  • Prévoir une prime isolation sans condition de ressource (compris dans le point ci-dessus)
  • Le secteur du bâtiment aujourd’hui constructeur, deviendra isolateur , réparateur et transformateur ( bureaux en logements par exemple) (sans impact sur le budget)
  • Faire de l’économie circulaire l’économie maîtresse, on répare tout, on recycle tout (coût 1 milliard € annuel)
  • Interdire toute création de nouvelle grande surface et de nouvel entrepôt, nous avons à sacraliser la terre agricole et le commerce de proximité (sans impact sur le budget)
  • Instaurer l’étiquetage généralisé de l’origine des produits avec un « Produit en France » ou pas (sans impact sur le budget)
  • Sortir de la dépendance aux énergies fossiles et réduire la part du nucléaire par l’éducation à l’environnement, l’isolation thermique et les énergies renouvelables (coût 5 milliards € annuel)
  • L’industrie textile est la moins employeuse et la plus polluante, alors que le stock de vêtements est énorme dans les meubles de France : la puissance publique doit promouvoir au maximum la vente ou le don de vêtements dormeurs aux particuliers et associations (sans impact sur le budget)
  • Privilégier un indicateur Bien Être du Vivant ( taux de chômage , taux de pauvreté, de précarité énergétique, de précarité alimentaire,  évolution crimes et délits, taux de mortalité, nombre de suicides , % agriculture bio , niveau d’artificialisation des sols , niveau de la biodiversité , situation de l’animal …. ) plutôt que le P.I.B. (sans impact sur le budget)

Quand il est noté  » Sans impact sur le budget « , cela signifie que le coût ou l’économie de la mesure reste inférieur à 100 millions d’€ annuel , ce qui est insignifiant sur les comptes publics .